La résurgence de la Beze

Publié le par Guillaume



"Cette résurgence est alimentée par les eaux de ruisselements des plateaux envirronants (plateau de chaume en particulier) ainsi que par les rivières Tille et Venelle dont une partie se perd pour ressurgir dans le lac souterrain après un parcours de plusieurs kilomètres sous terre.

Le debit minimum (en période de grandes secheresse, comme en 1976 ou 1996 par exemple) est pratiquement nul. Le debit maxiumum (cas d'orage, de fonte massive de neige ou périodes de pluies abondantes) peut atteindre 15 à 18 000 litres par seconde. Ce débit peut être atteint en quelques heures.

Au début du siècle, il y avait encore 3 siphons disctincts, (3 orifices de sortie) mais les soldats d'occupation en pêchant les truites à la grenade en ont détuit deux.

La résurgence alimente le village (BEZE) en eau potable. (C'est pourquoi nous vous demandons de ne rien jeter dans la source. Cette partie est également une reserve piscicole (truite). La rivière "LA BEZE" est classée première catégorie et réputée pour ses truites.

RESPECTEZ LA ET FAITES LA RESECTER."

Texte extrait d'un panneau d'information près de la résurgence de la Beze. Je n'ai pas pu visiter les grottes car les eaux étaient trop hautes. Cette résurgence est impressionnante...à visiter !

Publié dans Reportage

Commenter cet article

:0019: Bruno 04/05/2008 16:47

La pêche à la grenade carrément. Il faut dire qu'en temps de guerre, les questions d'écologie et d'environnement ne sont pas la priorité. C'est bien de remédier à cela avec ce texte. Bonne soirée Guillaume.